jeudi 24 mai 2018

Chambre chez l'habitante chapitre 33


A mon grand effroi, j'entendis Madame Raveneau conclure :
"Vous devriez lui montrer, dès maintenant, qu'être corrigé de votre main ne sera pas une partie de plaisir.
– Vous avez raison. Il faut instaurer tout de suite des bonnes habitudes. Daniel, viens ici !"
Madame Colas était appuyée du bout des fesses sur le bord de la table. Je ne montrais aucun emballement à me rendre à sa convocation, mais comme le chemin était court, j'arrivais bien vite au bout. La honte à me montrer fesses nues l'emportait encore sur la peur de la fessée à venir. En me tenant par le bras, elle me fit faire le dernier pas qui m'amena à toucher ses genoux. Son bras passé autour de mes reins me mit dans la position penchée que je devais adopter.

mardi 22 mai 2018

Première fessée à l'extérieur

Mais non, ma chérie, je ne vois pas pourquoi ce parc serait un endroit inapproprié. Vois-tu ce banc était placé juste là où il le fallait, comme s'il nous attendait. Plus vite nous réglerons ce différent, plus vite nous pourrons passer à autre chose.
Vois-tu, il me semblait pourtant avoir été très claire. Mais j'ai l'impression que tu as beaucoup de mal à comprendre quand on fait appel au raisonnable et à ta responsabilité d'adulte.

samedi 19 mai 2018

Axel, élève à St Marie - chapitre 44


Les Sœurs reprirent leur activité sans plus se soucier de nous. Je les entendais échanger sur des sujets dont je ne saisissais pas le sens. Sœur Marie Madeleine vint apporter des courriers que Sœur Marie Joseph, signa. Ce n’était pas les deux punis occupant deux coins de la pièce qui gênaient en quoi que ce soit le cours normal des activités de St Marie.
Même si ma semi-nudité en public me pesait, c’était devenu une situation courante pour moi. En général, c’était le sentiment d’être vraiment puni et la honte qui dominaient. Cela faisait partie de la punition qui atteignait un de ses buts principaux : me faire comprendre que j’avais eu un comportement irresponsable qui avait appelé à me considérer et à me traiter comme un enfant. Au coin, j’avais tout le temps d’y penser sans être distrait par ce qui se déroulait autour de moi, tant les perceptions de ce qui m’entourait étaient restreintes.
Cet après-midi-là, je ne pouvais penser à autre chose qu’à la lanière de Sœur Gabrielle qui m’avait été promise. Je ne pouvais rien faire pour l’éviter et je m’attendais à une grande sévérité de la part de la religieuse. Je ressassais, en boucle dans ma tête les souvenirs de la fessée avec cet instrument que Benoit avait reçue. J’avais une boule dans ma gorge qui rendait difficile mes déglutitions.

vendredi 18 mai 2018

Mémoire d'un garnement de jadis - 21ème tableau

Le dessin du mercredi est migrateur. Mercredi, dimanche ... cette semaine, c'est vendredi. L'important c'est qu'il soit là !

Au retour des vacances de Décembre, l'Ecole s'était étoffée de deux nouvelles surveillantes pour assister Miss Mac-Niche. Elles étaient cousines de la Directrice et d'un naturel peu commode. Elles se firent présenter les plus mauvais élèves  du Pensionnat afin de leur donner... l'accolade de bienvenue ! Et le sort nous désigna ce jour-là !

jeudi 17 mai 2018

Chambre chez l'habitante - chapitre 32


Je fus accueilli pour le petit déjeuner par une logeuse compatissante. Elle me baissa le pantalon de pyjama pour examiner mes fesses et en conclut qu'une généreuse application de pommade était nécessaire. Comme elle faisait allusion à la fessée qui m'attendait dès mon arrivée au bureau, je fondis en larmes. Madame Tolbois m'assit sur ses genoux, face à elle. Elle posa mon visage sur son épaule. Elle me tint serré contre elle, dans la position dont j'avais maintenant l'habitude quand elle me consolait après une punition particulièrement appuyée. Là, je savais que je pouvais pleurer autant que j'en avais besoin.
"Chut, … chut, … là, mon grand garçon, tout va bien, … tout va bien,…"

mardi 15 mai 2018

La fessée vue ... de trop près

Ah mince! Je sens que ça va chauffer pour mon grade !
La dame se relève. Elle s'approche de la porte fenêtre, puis l'ouvre. Elle n’a pas l'air commode.
"Monsieur s'est bien régalé du spectacle ? Mais entrez donc !"
Elle m'invite à rentrer avec son bras. Je reste sans voix. Bon ben. Quand faut y aller, il faut y aller !  Je rentre dans la pièce. J'ai la dame de face. Effectivement belle paire de seins bien garnie. La chemise est bien ouverte. Je vois en plein milieu du bas de ses seins le soutien-gorge rouge vif. Magnifique femme !
Son visage est rond avec une coiffure sophistiquée type chignon à l'arrière gauche, bref jolie visage malgré qu'il soit plutôt fermé et non souriant. J'avoue avec un tel décolleté j'ai du mal à la regarder dans les yeux! 

"Entrez monsieur. Vous serez aux premières loges."

lundi 14 mai 2018

Première fessée scolaire

Je vous avais prévenu, jeune homme, il n'y aurait aucun privilège d'aucune sorte dans ma classe. Que vous ne soyez pas l'un des mes élèves habituels et que vous ne veniez que pour des cours du soir, n'y change rien.
Si vous devez suivre une remise à niveau, à votre âge, c'est que vous n'avez pas fait les efforts nécessaires quand vous étiez dans votre cursus scolaire normal. Sans doute considériez-vous, à l'époque, que les leçons et les devoirs étaient accessoires ? Qu'il était possible de n'écouter que distraitement en classe ? Voire peut-être de faire le pitre ? Je me suis doutée, quand j'ai accepté de vous donner ces cours, que votre conception du travail scolaire mériterai quelques ajustements.

dimanche 13 mai 2018

Mémoire d'un garnement de jadis - 20ème tableau

 Le dessin du mercredi nous a manqué. A vous aussi ? Qu'à cela ne tienne, faisons-le paraître le dimanche !

" Nos chères Mamans nous échangèrent pour la fessée : Tante Madeleine me fessait tandis que mon infortuné cousin Phil se faisait tanner le joufflu par la longue main sèche de Maman Térèze. Nos terrrrribles mamans pensaient que cet échange de "point de vue" serait salutaire pour notre éducation... En vain... "

Des mises à jour bienvenues

Certains articles du blog sont parus cette semaine dans une forme incomplète. Il y manquait qui un dessin, qui un lien avec un autre article, ou encore un commentaire en était absent.

Quelques jours de villégiature, passés dans un endroit charmant, mais dont le réseau permettant la consultation d'internet, était indigent, en sont la cause. L'une de ces "zones blanches" qui existent encore bien dans notre beau pays.
Tout est remis à jour, sauf oubli de ma part que vous voudrez bien me signalez quand vous le constaterez.

Les articles suivants ont donc été rajoutés ou actualisés :
Avec tout cela, nous devrions être de nouveau à flot en naviguant vers le bon port.
Bonne lecture à tous et n'oubliez pas que ce blog est une oeuvre collective... vos contributions sont donc les bienvenues !

Au plaisir de vous lire,
JLG.

samedi 12 mai 2018

Axel, élève à St Marie - chapitre 43


La réunion continua sans qu’on se soucie de moi. Debout dans un coin placé dans le dos de Sœur Marie Joseph vers qui devaient converger tous les regards, je devais pourtant offrir une vue imprenable sur mes fesses nues encore d’une belle couleur si j’en jugeais par les fortes démangeaisons que j’éprouvais.
Je devais être le seul à penser que d’avoir un adulte à demi nu dans un coin de la pièce ne faisait pas partie des situations banales. Pourtant, les échanges, portant sur la gestion de l’établissement, se déroulaient comme si tout était normal. J’en étais en grande partie responsable, ayant contribué, dans mon rapport, à expliquer que ces situations étaient tout à fait justifiées.