jeudi 13 août 2020

Le journal d'Olga - chapitre 25 - scène 2

 Théo était encore au lit. Ça tombait bien. J’avais trop envie d’être dans ses bras, de me pelotonner contre lui. Je me suis débarrassée de mes vêtements, tous mes vêtements, je les ai jetés en vrac sur son bureau et je me suis glissée entre les draps à ses côtés. Il a tendu la main vers moi, poussé un petit grognement de satisfaction. Ses lèvres se sont posées sur ma nuque, s’y sont attardées, sont descendues, lentement, très lentement, tout au long de mon dos. L’ont parcouru et reparcouru. Encore plus bas. À l’orée des fesses.

mercredi 12 août 2020

Chroniques de confinement - chapitre 10

 Ces souvenirs remémorés par sa mère et Madame Bernadette en firent remonter d’autres à l’esprit d’Aurélie. Toujours au coin, elle avait tout le loisir de songer à ces années qui avaient suivi ses dix-huit ans. Suite à cette première journée, il fut tacitement entendu que la fessée était devenue la méthode habituelle pour remettre Aurélie à sa place. Ni sa mère, ni Madame Bernadette n’hésitèrent plus à sévir au moindre prétexte que leur donnait Aurélie.

mardi 11 août 2020

Saurez-vous les retrouver ?

 Peter Pan profite de ses vacances, et des nôtres, pour relancer les jeux. En voici un basé sur les personnages récurrents apparaissant sur ce blog. Solution la semaine prochaine !

dimanche 9 août 2020

Mémoires d'un garnement de jadis - 127ème tableau

 J'étais très attiré par tout ce qui était interdit, mais pas assez malin pour ne pas me faire prendre. Les conséquences en étaient évidentes. Je payais mes désobéissances au prix fort... la culotte baissée. Ma tante n'était pas en reste.

vendredi 7 août 2020

Changement radical de méthode

Mais si, mon chéri, tu vas vite te rendre compte que la décision que je t'ai annoncée hier est l'une des plus importante de toute ta vie. Tu n'en as sans doute pas encore conscience pour le moment, mais elle va marquer un grand changement dans ta vie... et dans la mienne ! Notre couple va pouvoir repartir sur des bases bien plus saines.

Presque dix-sept ans que nous vivons ensemble et je n'ai pas réussi à te faire perdre tes habitudes de petit garçon trop gâté par sa mère. Il est absolument nécessaire que je m'y prenne tout autrement.

C'est Claire, ma collègue, qui a suggéré que cela ferait le plus grand bien à Marc, tu sais celui de la comptabilité. Cette remarque anodine a été une révélation pour moi. Si cela pouvait améliorer le comportement de Marc, j'ai été immédiatement certaine que cela te serait également profitable. Je me demande même pourquoi je n'y ai pas pensé avant. Cela fait longtemps que j'aurais dû m'y mettre !

jeudi 6 août 2020

Le journal d'Olga - chapitre 25

On avait décidé de fêter la fin de l’année tous ensemble. Tous. Elena. Lyana. Moana. Lisendro. Lucia. Gloria. Et aussi mes deux sœurs, Ekaterina et Iourievna. Et puis, bien sûr, Théo. Mon petit Théo à moi.

On est d’abord allés se promener sur la plage. On s’est arrêtés au Barberousse, notre bar préféré, où on a bu des chocolats chauds. On était bien là, à discuter et à rigoler tous ensemble. Du coup, Lisendro a proposé qu’on prenne l’apéritif.

mercredi 5 août 2020

Chroniques de confinement - chapitre 9

« Et c’est sur ces entrefaites que vous êtes arrivée, Bernadette.
– Pas exactement, Madame Marianne. Vous lui aviez déjà donnée sa deuxième fessée, quand elle a goûté à votre règle pour la première fois. Je ne suis arrivée qu’après. Elle était déjà sortie du coin. »
Elles s’étaient, toutes deux, installées sur la table de la cuisine pour prendre un café. Elles jetaient un œil distrait sur Aurélie et Philippe, toujours le nez dans le coin. Ce flash-back était empreint d’un peu de nostalgie.

mardi 4 août 2020

Ces dames aux mains fermes - saison 3 - chapitre 43

LES BIENFAITS D'UNE STRICTE DISCIPLINE DOMESTIQUE

BATTOIR CASSE, C'EST LA FESSEE !

Madame Delaniaires jette un regard furieux en direction de son mari et le fustige d'un ton menaçant.
– « Attends un peu que j'en termine avec les fesses de Sébastien, et je te garantis que les tiennes vont payer cher le prix de ta négligence ! »
Tonne-t-elle, tout en recalant le derrière de son neveux sur ses cuisses pour reprendre sa fessée. Le malheureux, n'a pas profité longtemps de la brève interruption,  mais, pas de chance, c'est lui qui trinque sur le coup. Manifestement très contrariée, sa tante passe sa colère sur ses fesses en tapant de plus en plus fort. A côté d’eux sur l'autre tabouret à fessée, Géraldine, imperturbable, la main bien ferme sur un nouveau battoir tout neuf, qu’elle abat à toute volée, continue à travailler les fesses rebondissantes de Rodolphe, à grande claques sonores.

samedi 1 août 2020

Fini la liberté - chapitre 12

Trois jours plus tard bien que les stigmates des corrections précédentes restassent présents, Jérôme et Laurent ont pu souffler grâce à leur grande docilité. Sans moufter, lundi matin, Laurent a été complètement épilé à la maison par la jeune esthéticienne spécialement venu pour lui. Il faut dire que comme l’a remarqué Jérôme, celui qui est comme son grand frère est très obéissant. Il a été élevé ainsi par sa mère et en garde les habitudes.

vendredi 31 juillet 2020

Eric chez Madame Anne-Sophie

Cher monsieur, je me permets de vous envoyer ce mail pour vous raconter ma première fessée reçue par Madame Anne Sophie. J'ai cru comprendre que nos témoignages sont les bienvenus sur votre blog. Vous pourrez si vous le souhaitez publier l'intégralité où quelques extraits. Cordialement. Éric. 

jeudi 30 juillet 2020

Le journal d'Olga - chapitre 24

« Tu me manques, Théo ! Si tu savais comme tu me manques…
‒ Toi aussi, tu me manques.
Il était parti passer les fêtes de fin d’année avec ses parents dans la famille de sa mère, en Touraine.

mercredi 29 juillet 2020

Chroniques de confinement - chapitre 8

« Aurélie, debout ! Je t’attends pour le petit-déjeuner ! »
Marianne était entrée dans la chambre de sa fille sans frapper. Cela ne lui semblait plus utile, après ce qui s’était passé la veille au soir. Elle avait ouvert les volets et la lumière du petit matin était entrée dans la pièce.
« Lève-toi maintenant nous avons beaucoup de choses à faire aujourd'hui. Tu as 5 minutes pour te préparer je t'attends dans la cuisine.

mardi 28 juillet 2020

Ces dames aux mains fermes - saison 3 - chapitre 42

LES BIENFAITS D'UNE STRICTE DISCIPLINE DOMESTIQUE

ACCIDENT DE BATTOIR CHEZ LES DELANIAIRES.

Clarisse et Régine avaient enfin décidé de mettre un terme à la punition de leur mari et prenaient tranquillement le thé en contemplant les deux derrières écarlates exposés à chaque coin de la pièce. Peut-être à cause de l'intensité de la couleur et de la cuisson, Ils semblaient avoir gonflé sous les fessées au point de se demander comment ils allaient pouvoir retourner dans des slips déjà si serrés à l'origine... Les reculottages s'annonçaient délicats et douloureux.

dimanche 26 juillet 2020

Mémoires d'un garnement de jadis - 126ème tableau

La destruction de la baraque à frites n'était décidément pas une heureuse initiative. Maman en resta fâchée très longtemps. Je ne cessais pas d'en subir les conséquences. Le séjour chez Tante Elisabeth en fut le point d'orgue. Mazette, quelle fessée !

samedi 25 juillet 2020

Fini la liberté - chapitre 11

Comme Jérôme, Laurent a été couché tôt par sa mère hier soir. Sitôt sa punition terminée, ils ont dû se brosser les dents et se coucher vers vingt heure.  Il a obéi sans rechigner. Ce matin il est déjà réveillé. Il a une forte envie d’aller aux toilettes. Jérôme qui a dû migrer dans un lit d’appoint à côté de son lit habituel (pour sa faible corpulence) se montre quant à lui agit.
« Jérôme tu dors ? l’interroge son « nouveau » grand frère

jeudi 23 juillet 2020

Le journal d'Olga - chapitre 23 acte 3

Je suis rentrée à la maison la boule au ventre. On allait être soumises à un interrogatoire en règle, toutes les deux, et devoir payer, une fois que les motifs en seraient connus, notre escapade du petit matin au prix fort. Or, à notre grande surprise, il n’en a rien été. Ni avant le repas. Ni pendant. Ni après. Pas la moindre allusion. Comme s’il ne s’était strictement rien passé. Qu’on n’avait pas reçu, quelques heures auparavant, une sévère correction. Comme si papa ne nous avait pas promis qu’on en reparlerait. C’était étrange. Incompréhensible. Cela ne leur ressemblait pas.

mercredi 22 juillet 2020

Chroniques de confinement - chapitre 7

Les deux femmes regardaient les deux jeunes gens immobiles dans leur coin.
« Vous rappelez-vous, Bernadette, la première fois où nous étions côte à côte pour contempler les fesses d’Aurélie, copieusement rougies après la fessée que vous lui aviez donnée ?
– Sûr que je m’en souviens ! Quel âge pouvait-elle avoir ?
– C’était quelques temps après ses dix-huit ans. Je ne sais plus combien exactement, mais il n’y avait pas plus que quelques mois… »
Oui, c’était à ce moment-là où Aurélie avait reçu sa première fessée.

mardi 21 juillet 2020

Ces dames aux mains fermes - saison 3 - chapitre 41

LES BIENFAITS D'UNE STRICTE DISCIPLINE DOMESTIQUE

DEUXIEME TOURNEE DE FESSEES POUR DOUGLAS ET ARISTIDE 

Pour mettre un terme à l’épisode des dépenses outrancières de leurs maris respectifs dans l'acquisition de chaussures sur mesure hors de prix, Clarisse et Régine avaient estimé qu'une deuxième séance de fessées serait nécessaire. Il s'agissait de bien marquer, à la fois les fesses et les esprits pour s'assurer que la leçon serait bien retenue. Rendez-vous pris dès le lendemain, pour profiter de postérieurs encore sensibles des fessées de la veille.

dimanche 19 juillet 2020

Mémoires d'un garnement de jadis - 125ème tableau

Et un petit jeu pour ce week-end de vacances ! Gérome est chez Miss Gromiche pour l'une de ses séances hebdomadaires. Il semble qu'il soit question des fessées que reçoit Gérome, mais quel est le contenu exact des échanges avec sa thérapeute ?

samedi 18 juillet 2020

Fini la liberté - chapitre 10

Cela fait combien de temps que Jérôme patiente dans ce coin ? Ses genoux le font souffrir. Ils sont violets. Il est dans cette position quasi depuis le matin. Ses fesses et ses cuisses le cuise encore. Elles sont aussi bleues, violettes, jaunes avec les stries du martinet bien visibles.  Ses bras se tétanisent il est à la limite de la crampe. Le nez toujours bien collé au mur, il se demande quand Justine va enfin le libérer. Il pense aussi à sa punition qui n’avance pas. Tante Martine ne sera pas contente. Elle va surement bien le punir elle aussi.Visiblement c’est journée fessée dans l’immeuble. En effet pendant ce temps chez madame Chopin et sa fille l’heure est à la punition également.

vendredi 17 juillet 2020

Un coup de fil à Belle-Maman

Allo ? Ma chère Belle-Maman, comment allez-vous ?
...
Fort bien en ce qui me concerne, pour votre fils, c'est plus délicat. Nous avons une petite explication actuellement. Je pense qu'il préférerait être dans une autre situation. Mais il faut bien que je m'occupe de ses bêtises.
...
Oui, depuis le déconfinement, c'est plus facile. Pour vous aussi, je suppose ?
...

jeudi 16 juillet 2020

Le journal d'Olga - chapitre 23 acte 2

Iourievna a ouvert la porte sans bruit. Et écouté dans le couloir.
« On peut y aller. Ils dorment. J’entends ronfler.
On a couru à perdre haleine jusque là-bas.
‒ Hou là ! Impressionnant !

mercredi 15 juillet 2020

Chroniques de confinement - chapitre 6

Madame Bernadette avait raison. Quelques courtes minutes après avoir été remis au coin, il ne ressentait plus les effets de la fessée. Cela n’avait été qu’une petite correction, un avertissement en quelque sorte, mais qui avait parfaitement porté son message. Avec Madame Bernadette également, il allait falloir être sage et obéissant.
Il commençait à avoir une image assez nette de ce que serait sa vie pendant ce confinement. Elle serait faite d’exigences de la part de sa belle-mère, relayée par Madame Bernadette et ponctuée de fessées, données par l’une ou par l’autre, à chaque fois qu’il sortirait du cadre fixé.

mardi 14 juillet 2020

Ces dames aux mains fermes - saison 3 - chapitre 40

LES BIENFAITS D'UNE STRICTE DISCIPLINE DOMESTIQUE

LA BARAQUE A FRITES 2 : LA PUNITION.

La remarque menaçante de Clarisse ne laissait planer aucun doute sur la suite des événements. Il était évident pour Gérôme et Rodolphe, qu'ils allaient recevoir une raclée mémorable devant tous les témoins présents, passablement excités. Extirpés sans ménagement de leur placard-abri, par les cheveux , ils commencèrent l’un et l’autre à recevoir une série de paires de gifles à toute volée pendant qu'ils se faisaient copieusement admonester. Par leurs mères absolument furieuses, mais aussi par les femmes de cuisine et, bien sûr, la pauvre vendeuse de frites qui revenait de la pharmacie, un pansement sur sa cheville pommadée pour atténuer la brûlure. Une cuisson d'un autre genre attendait les fesses des deux malappris.

lundi 13 juillet 2020

Les rebelles -chapitre 39

Les vacances scolaires étant commencées et comme convenu lorsque j’avais été faire mon stage en Angleterre à MAIDENEAD, Brittany vient en France pour y passer tout le mois, à la maison. Contrairement à ce que ça aurait pu être, compte tenu qu’elle m’a corrigée sur tout le corps, d’intense façon et qu’elle y a pris du plaisir, Brittany et moi, nous nous sommes rapprochées, ce qui a fait réagir et protester mes amies d’infortune, Naia, Coralie, Samantha, Yang et Kirsten, qui ont subi le même sort. Elles me reprochent ma soumission vis-à-vis de Brittany. Et j’ai beau leur dire que ce n’est pas le cas, intérieurement, je dois avouer que cette punition m’a vaincue plus que je ne l’aurais pu le penser, au point de vouer à Brittany des sentiments ambiguës et partagés. Brittany, d’un caractère dominant se délecte de ma docilité à son égard.

dimanche 12 juillet 2020

Mémoires d'un garnement de jadis - 124ème tableau

L'épisode de la baraque à frites s'invita dans mes rêves. Je me revoyais en mauvaise posture avec mes deux complices. Nos mères fulminaient et épanchèrent leur colère et leur frustration sur nos postérieurs !

samedi 11 juillet 2020

Fini la liberté - chapitre 9

Après avoir couché ses fils, Mrs Stewart est de retour dans le salon munie d’une badine.  Un instrument que Jérôme connait bien puisque que Tante Martine en possède une également. Elle la fait siffler une première fois dans l’air en demandant à Jérôme de se mettre en position : couché sur le ventre en appuis sur ses avant-bras, les fesses bien relevées.

vendredi 10 juillet 2020

L'institut de Madame Rose - chapitre 21


La suite du forfait grosse bêtise d'Elodie.

Elodie avait passé une matinée assez désagréable, ses fesses douloureuses, le plug qui lui rappelait sa présence à chaque mouvement et surtout la perspective du retour à l'institut lors de la pause de midi avec une nouvelle fessée déculottée et certainement quelques humiliations dont Aurélie avait le secret.

jeudi 9 juillet 2020

Le journal d'Olga - chapitre 23 acte 1

« Olga…
Tout bas.
‒ Olga…
C’était Iourievna, penchée sur mon lit.
‒ Tu te lèves ? C’est l’heure.
On s’est habillées sans bruit. On a descendu tout aussi silencieusement l’escalier.
‒ S’ils se rendent compte, les parents ?
‒ On sera rentrées avant qu’ils se lèvent.

mercredi 8 juillet 2020

Chroniques de confinement - chapitre 5

Aurélie et moi étions maintenant habillés. C’est Maman Marianne qui avait choisi les vêtements que nous portions et elle s’était chargée de nous les passer. Les sous-vêtements un peu frivoles de ma compagne avaient été écartés, mais ma belle-mère avait trouvé ce qui lui convenait.
Aurélie portait maintenant une jupe large sur des jambes nues, si on ne comptait pas les socquettes. Moi, elle m’avait mis un survêtement, tenu par une taille élastique.
« Avec ça, je n’aurai pas de mal à vous déculotter quand il faudra vous corriger. »

lundi 6 juillet 2020

Les rebelles -chapitre 38

Ce début de vacances d’été est une période privilégiée pour les cambriolages des maisons dont les habitants sont partis pour leurs congés d’été.
Dans notre région, cette période estivale coïncide avec les pèlerinages organisés par des gens du voyage, souvent issus de l’Europe centrale et des Balkans. Les rassemblements ont lieu à Ste MARIE DE LA MER, l’une des villes les plus réputées, mais aux alentours, se trouvent des regroupements plus modestes. En principe, les espaces pouvant accueillir ces nomades trouvent vite preneurs. S’il y a plus de nomades que de places disponibles, les terrains vagues sont, de fait, également investis.

dimanche 5 juillet 2020

Une démonstration bienvenue

Sans doute, n'ai-je pas été assez claire ? Ou bien tu n'as pas compris ce que je te demandais de faire ? Ou alors tu n'as pas entendu ? Ou encore tu avais autre chose à faire de plus urgent ?
Je crois plutôt; qu'encore une fois, tu as préféré me désobéir. Tu avais deux choses à faire avant que mes amies n'arrivent : tondre la pelouse et faire la vaisselle. Est-ce fait ? Tu savais qu'elles seraient là en milieu d'après-midi. Non, tu as préféré t'affaler sur le canapé et jouer sur internet à je ne sais quel jeu sans intérêt. Troisième fois, cette semaine !

samedi 4 juillet 2020

Fini la liberté - chapitre 8

« Ma tante, s’il vous plait, faites-moi confiance je ne ferai pas de bêtises.
– Cela suffit, Jérôme. Je t’ai dit que tu passeras la semaine chez les Stewart, tu passeras la semaine chez les Stewart point. Et si je t’entends encore tu iras avec les fesses bien rouges ! »
Martine Lepand vient d’être extrêmement claire. Comme prévu la semaine dernière, son pupille devra passer la semaine chez les voisins. Hors de question qu’il soit livré à lui-même pendant ce déplacement professionnel. 

vendredi 3 juillet 2020

L'institut de Madame Rose - chapitre 20

Le lendemain matin Hervé se présenta chez sa belle-mère, il était habillé normalement mais il avait dans son sac son costume de travail. Une petite robe noir, un tablier blanc, des bas autofixants et une paire d'escarpins. Christine tenant compte des remarques de sa mère ne lui avait pas fait mettre une culotte à fessée mais une ravissante petite culotte blanche ornée de dentelle.

jeudi 2 juillet 2020

Le journal d'Olga - chapitre 22

Elle ployait sous le poids des paquets de linge, Evenye, la Camerounaise qui travaille à la blanchisserie de Clorinde C., avenue Victor Hugo. Elle parcourait trois mètres, s’arrêtait pour reprendre son souffle, repartait, recommençait.
On l’a regardée faire un petit moment, Iourievna et moi.
« Elle y arrivera jamais.
Et on s’est approchées.
‒ On peut vous aider ?
Elle a levé sur nous des yeux horrifiés.

mercredi 1 juillet 2020

Un accord à l'amiable


La rentrée scolaire s'était pourtant déroulée sans problème . Alicia avait peine à croire ce qu'il lui arrivait aujourd'hui. Elle angoissait. Elle était assise dans la salle d'attente du commissariat les menottes aux poignets. Tout avait commencé le matin même quand elle s'était bagarrée avec Mathilde , une fille de sa classe.

mardi 30 juin 2020

Ces dames aux mains fermes - saison 3 - chapitre 39

LES BIENFAITS D'UNE STRICTE DISCIPLINE DOMESTIQUE

LA BARAQUE A FRITES.

Après une telle séance Rodolphe se méfiait un peu de l'atmosphère qui régnait dans le salon. Il connaissait trop bien ce genre de situation où, sa mère comme ses amies bien échauffées, avaient tendance à vouloir faire durer le plaisir en satisfaisant leur irrésistible envie de claquer du derrière. Le sien en l'occurrence en avait souvent fait la cuisante expérience pour s'être trouvé à portée de main à ce moment-là, puni pour sa curiosité à assister aux fessées des autres.

lundi 29 juin 2020

Chroniques de confinement - chapitre 4

Se tenir au coin, selon les normes exigées par Maman Marianne, c’était difficile. Au début, on ne s’en rendait pas compte. Durant les premières minutes que j’y avais passé, mon esprit avait été occupé par refaire le film de ce qui venait de m’arriver et finalement, se trouver seul à quelques centimètres de l’angle que faisait le placard et le mur était plutôt facilitant. Je pus gérer les pics de douleurs qui émanaient de mes fesses, puis la honte d’avoir été déculotté et fessé, sans avoir à rencontrer le regard d’une autre personne.

samedi 27 juin 2020

Fini la liberté - chapitre 7

Le retour au collège finalement convient plutôt bien à Jérôme.  Il se sent à sa place. Il ne ressent plus vraiment d’humiliation puisque ses camarades portent les mêmes tenues que lui et subissent le même règlement. Surtout qu’aucun de ses condisciples ne connait véritablement son âge.

vendredi 26 juin 2020

L'institut de Madame Rose - chapitre 19

Hervé était arrivé un peu penaud à la maison, il tenait à la main le paquet cadeau contenant les culottes à fessée, Aurélie y avait mis également la culotte qu'il portait en arrivant et cadeau de la maison elle avait ajouté une Mademoiselle Tapecul. Christine l'accueillit avec un grand sourire et une mine gourmande, elle se délectait à l'avance de la future fessée qu'elle allait administrer à son petit chéri.

jeudi 25 juin 2020

Chroniques de confinement - chapitre 3

La main de Maman Marianne claqua une troisième fois sur mes fesses. Comment faisait-elle pour installer une telle fournaise sur mon postérieur en aussi peu de temps ? Cette pensée fugace disparut aussi vite qu’elle était venue. Je n’avais plus de place dans ma tête que pour la cuisson qui ne cessait de monter sur mon épiderme.

mercredi 24 juin 2020

Madame de Rochecourt

Une fois Juliette partie, Roxane dit d’une petite voix.
« Tu sais, on peut se tutoyer?
-Oui
-Tu sais,  reprit-elle, Mme de Rochecourt est très gentille et c’est grâce à elle que j'en suis arrivée là . Il y a quelques années,  elle s'est occupée de moi quand je me suis effondrée sur moi-même, plus motivée, me laissant aller. Un jour je suis allée chez elle sur les recommandations d'une voisine de mes parents. On a longuement discuté pour identifier les axes d’amélioration.

mardi 23 juin 2020

Ces dames aux mains fermes - saison 3 - chapitre 38

LES BIENFAITS D'UNE STRICTE DISCIPLINE DOMESTIQUE

DES FESSEES COMME DES CHAUSSURES... SUR MESURE !

Pris au dépourvus, le pantalon à moitié baissé, en slip sur le trottoir avec leur carton à chaussures sous le bras, Douglas et Aristide réalisèrent, tout de suite, qu'ils ne pourraient pas se soustraire à la curiosité insistante de Bettina. Difficile d'être crédible en inventant un bobard quelconque, dans l'état pitoyable où ils étaient. Douglas décida de prendre les devants pour couper court aux questions, et se résigna à lui raconter l’histoire de ce qui était devenu, '' l'affaire'' des souliers sur mesure. 

lundi 22 juin 2020

Les rebelles -chapitre 37

Depuis que Sun Y.S., le chef des triades chinoises en France, est venu au parloir du centre de détention pour femmes de NICE, rendre visite à sa petite amie Zhu W.L., trente et un ans, celle-ci est devenue ingérable. Condamnée à cinq ans de prison pour de gros détournements de fonds, elle avait commencé sa peine sous les meilleurs auspices mais ces derniers mois, elle multiplie les appels à la révolte et au désordre.

dimanche 21 juin 2020

1000

1000, quesako ? Le nombre de kilomètre parcouru par votre serviteur dans le week-end ? Le nombre de secondes qu'il a fallu à Ramina pour faire le dernier des dessins qui a été publié sur ce blog ? Le nombre de fessées qui ont été décrites dans les différents récits de ce blog ?

Mémoires d'un garnement de jadis - 123ème tableau

Maman m'avait demandé de faire attention, mais, comme d'habitude, je n'avais pas écouté ni ses conseils ni ses avertissements. Un faux mouvement et j'avais renversé mon bol. La façon dont cela se finit était prévisible

samedi 20 juin 2020

Fini la liberté - chapitre 6

Le lendemain matin, les fesses encore endolories, Jérôme obéit promptement à sa tutrice. Il ne tient pas à déclencher un nouvel accident qui serait encore fâcheux pour son arrière-train et il sent bien que tante Martine est encore en colère contre lui. 
Il mange correctement son petit déjeuner même son fruit. Pendant la douche il se laisse faire et anticipe parfaitement les consignes de madame Lepand. Brossage des dents, puis dans la chambre pour être habillé.  Comme promis et redouté chemise, pull, slip et donc culotte courte. Madame Lepand a opté pour une en velours. Elle termine de l’habiller avec une blouse comme hier.

vendredi 19 juin 2020

L'institut de Madame Rose - chapitre 18

Elodie suivait Aurélie, elle tenait toujours ses mains sur la tête, elle avait des crampes mais elle n'osait rien dire, la cuisson de son derrière lui rappelait douloureusement sa condition. Arrivée dans la salle d'examen, Aurélie lui désigna le banc destiné aux lavements.
- vous pouvez baissez vos mains. Allongez-vous là.
Le ton était sans réplique, Elodie s'exécuta rapidement, une fois en place sur le banc, sa tête plus basse que ses fesses, celle-ci étaient parfaitement présentées. Aurélie lui retira complètement la culotte.

jeudi 18 juin 2020

Chroniques de confinement - chapitre 2

En entrant dans la cuisine, je compris tout de suite qu’Aurélie savait ce qui venait de m’arriver. Comment aurait-il pu en être autrement ? Ma belle-mère me tenait par la main sans que je montre de réticence et mes yeux devaient encore être gonflés des larmes, que j’avais laissées abondamment couler, bien que le plus gros en ait été essuyé. Je rougis jusqu’à la racine de mes cheveux.

Le journal d'Olga - chapitre 21

« Comment vous trouvez, les filles ?
Pas mal. Ça lui allait pas mal.
‒ Si, c’est vrai ! Et puis le bleu te va bien au teint.
‒ Sans compter que cette robe, elle te met bien les seins en valeur. Sans trop en montrer quand même.
‒ Je peux sortir comme ça, alors ?
‒ En boîte ? Oh, oui ! Oui. Sans problème.

mercredi 17 juin 2020

Juliette fait des siennes

Juliette réveille toi ! Tu vas être en retard!  Oh mais c’est pas vrai!  Dépêche-toi! Vite , file à la douche!
Elle allait être en retard c’est sur ! Oh non mon dieu ...
Amélie savait pourquoi elle avait si peur , il y a deux semaines, elle avait dû sauver sa fille d'un renvoi à cause notamment de ses retards répétés. Elle avait dû promettre et punir sa fille d’une fessée déculottée mais surtout elle avait elle même dû être punie . Elle aussi avait reçue la même fessée déculottée sur les genoux de Roxane comme une petite fille prise en faute.

mardi 16 juin 2020

Ces dames aux mains fermes - saison 3 - chapitre 37

LES BIENFAITS D'UNE STRICTE DISCIPLINE DOMESTIQUE

FESSEES EN DOUBLE MESSIEURS .

 Douglas, le premier éclata en pleurs presque aussitôt, trémoussant son postérieur en en sentant le gingembre faire rapidement effet.
– « Oohhh , c’est gros ! Et ça brûle ! »
Puis, de sa bouche grande ouverte, n’échappèrent plus que des cris et des pleurs de mari fessé comme une sale gamin.

lundi 15 juin 2020

Les rebelles -chapitre 36

En cette période de fin d’année scolaire, les activités sociales ayant reprises, les groupes scouts sont de nouveau sur les routes.
Dans notre ville, se trouve le groupe de filles des compagnonnes scoutes Ste Thérèse, mouvement très actif dans la région, lorsqu’il s’agit d’aider les jeunes à s’épanouir et à aider les gens, à l’exception de quelques brebis égarées, les scoutes appliquent rigoureusement les principes pour lesquels elles se sont engagées.

dimanche 14 juin 2020

Mémoires d'un garnement de jadis - 122ème tableau

Exaspérée par mes bulletins desastreux, Maman décida alors de me faire travailler chez Madame Mocassin, qui tenait le boutique de cordonnerie et autres articles domestiques, Place de l'Horloge, à Synthol-sur-mer, pendant mes vacances ! Voilà qui allait contre-carrer mes projets... 

samedi 13 juin 2020

L'institut de Madame Rose - chapitre 17

Caroline était arrivée à huit heures à l'institut, c'était Aurélie qui l'avait accueillie.
- ah, voilà donc notre vilaine fille, c'est Sophie qui va s'occuper de vous, elle n'est pas encore arrivée, asseyez-vous et soyez sage.
Caroline était mortifiée d'être traitée comme une gamine par Aurélie qui avait le même âge qu'elle, mais avertie par Sylvie et sa mère des pratiques de l'institut elle se garda de répondre.

vendredi 12 juin 2020

Fini la liberté - chapitre 5

Le mercredi après-midi, il n’y a pas classe. Jérôme rentre donc à 12 H 15. Après avoir sonné à l’interphone, Madame Lepand l’attend sur le palier.
« Rentre, retire tes bottines et ton manteau et viens dans la chambre. »
Elle lui retire son pantalon, et lui fait passer sa culotte courte.
« Viens te laver les mains, on va passer à table. »

jeudi 11 juin 2020

Chroniques de confinement - chapitre 1

Au début, je me suis dit : je le publierai quand il y aura de la place. Et puis : c'est dommage, elle ne sera plus d'actualité. Alors j'y vais. A un horaire inhabituel. Huit articles par semaine, un de plus ! Tiendrons-nous sur la durée ?

« Je te dis qu’ils vont nous confiner, tous ! Avec interdiction de sortir ! »
Aurélie, ma compagne, insistait. Moi, je n’y croyais pas trop. Pourtant, dans la journée, la rumeur a enflé. Tout le monde, voisins, amis et même la boulangère semblait d’accord.
« C’est sûr, ça va être annoncé la semaine prochaine ! »
Il m’avait fallu me rendre à l’évidence. C’est le courriel que j’ai reçu de mon employeur qui m’a définitivement convaincu. Notre directrice nous informait de la mise en place d’un télétravail obligatoire, jusqu’à plus ample informé. Il nous était interdit de nous rendre à notre bureau le lundi suivant et les détails de la nouvelle organisation de travail seraient annoncés au cours d’une réunion le lundi après-midi, réunion par visioconférence, bien évidemment.

Le journal d'Olga - chapitre 20

Iourievna me cherchait.
« Ah, t’es là !
J’étais là, oui. À lire tranquillement sur mon banc, au fond du jardin. Sous mon arbre. À profiter de ce que, ce vendredi matin-là, on n’avait exceptionnellement pas cours.
‒ Ben, t’as loupé quelque chose. Tu sais qui il vient de y avoir à la maison ? Je te le donne en mille.

mercredi 10 juin 2020

La convocation de Juliette

« Juliette ! Je viens de recevoir un appel de la directrice de ton stage, elle n'a pas voulu me dire pour quelles raisons.  Que se passe t il ? Qu'as-tu fait encore ? 
– Je ne sais pas Maman. »
Elle m'a parlé assez sèchement, elle doit être terriblement en colère. Oui, elle fait peur.

mardi 9 juin 2020

Ces dames aux mains fermes - saison 3 - chapitre 36

LES BIENFAITS D'UNE STRICTE DISCIPLINE DOMESTIQUE

PEIN FEU SUR LES FESSES DE DOUGLAS ET ARISTIDE.

Quand Rodolphe rentra chez lui pour le déjeuner, il fut agréablement surpris d'apprendre que la fameuse punition de Douglas et Aristide, initiée par la femme de ce dernier, allait finalement se dérouler dans son salon.  Il ne chercha pas à savoir pourquoi et fut ravi de l'occasion qui se présentait à lui, d'assister à une double correction qui s'annonçait assez croustillante.

lundi 8 juin 2020

Les rebelles -chapitre 35

Comme évoqué par Fabienne D. lors de notre retour d’Angleterre, chaque délégué de classe relaie dans sa section l’information de la projection, le lendemain, des trois films de corrections de six étudiantes de BTS en échange linguistique en Angleterre.

dimanche 7 juin 2020

Mémoires d'un garnement de jadis - 121ème tableau

L'arrivée de Miss Bellklack ranima cette nuit-là le souvenir d'une conversation entre Maman et Mamie.
Elles envisageaient à l'époque de m'envoyer dans une sorte de patronage dirigé de la cuisine à la direction par une pléiade de "Demoiselles Coiffées", en référence à leurs hauts chignons. La Directrice très bigote s'appelait  Mademoiselle Artémis de Saint-Trusquin de la Chambrière. Et vous imaginez bien la suite de mes aventures dans cet institut. Bien sûr...

samedi 6 juin 2020

L'institut de Madame Rose - chapitre 16

Quand Sylvie arriva chez madame Costa à midi pour récupérer Caroline, Elodie était déjà là. Monique était sagement assise à sa table et elle écrivait consciencieusement, la seule particularité observable était sa culotte descendue aux genoux et sa jupe épinglée dans son dos ce qui fait qu'elle était assise cul nu directement sur la paille de la chaise, ce qui ne devait pas être très confortable. Quant à Caroline elle était au coin de la pièce, mains sur la tête, jupe également épinglée dans le dos et culotte à mi-cuisse, elle exposait une paire de fesses écarlates, signe d'une fessée retentissante.

vendredi 5 juin 2020

Fini la liberté - chapitre 4

Ce matin, Jérôme n’est pas pressé qu’on vienne le réveiller. Il sait que tante Martine va l’emmener à l’école et qu’elle va rencontrer sa directrice Madame Mercier. Il redoute également la réaction de ses camarades quand ils vont le voir avec sa nouvelle apparence.
A six heures trente, Martine Lepand entre dans la chambre. Comme la veille et comme elle le fera tous les jours, elle ouvre les volets et la fenêtre. Ce matin il fait plutôt frais. Jérôme tente de s’enfoncer dans les draps et la couverture.  Elle le découvre rapidement et lui donne une claque sur les fesses à travers le pyjama. Une claque donnée pas trop fort juste pour lui rappeler qu’il doit se lever rapidement.

jeudi 4 juin 2020

Le journal d'Olga - chapitre 19

« Encore !
‒ Oh, oui, va ! S’il te plaît…
Je me fais un peu prier, pour la forme, mais j’accepte. Je finis toujours par accepter. Ça lui fait trop plaisir à mon Théo.
Et on part à leur recherche. Trois filles de l’école, Volodima, Kalyba et Luba, qui ont entrepris une croisade contre les châtiments corporels à Sainte-Croix. Elles prétendent s’inspirer des FEMEN et haranguent les foules en ville, les seins à l’air, juchées sur des estrades de fortune, en brandissant des pancartes « Non aux corrections à Sainte-Croix ». Elles opèrent sur la grand-place. Ou devant la mairie. Ou sur le parvis de l’église. Là, en tout cas, où elles sont sûres qu’il va y avoir beaucoup de monde.

mercredi 3 juin 2020

Christelle, punie pour avoir triché

Un récit en un chapitre de la part de Wendy, une nouvelle auteure sur ce blog. Espérons qu'il y a d'autres récits en réserve !

Le cours de biologie allait bientôt toucher à sa fin, Christelle était pressée qu’il se termine vite.
Les copies de la dernière évaluation avaient été rendues. Elle avait eu une bonne note, 14 sur 20.
C’était une bonne note, malgré cela elle était mal à l’aise car elle avait triché en s’inspirant allègrement sur la copie de sa voisine. N’ayant pas assez révisé sa leçon elle avait été dans l’incapacité de répondre à de nombreuses questions.
Redoublant sa deuxième année de BTS, elle se devait de faire mieux que l’année précédente. Elle avait pris soin de fuir le regard de la prof, craignant que son méfait se voie sur son visage déjà qu’elle se sentait rouge comme une pivoine en permanence.

mardi 2 juin 2020

Ces dames aux mains fermes - saison 3 - chapitre 35

LES BIENFAITS D'UNE STRICTE DISCIPLINE DOMESTIQUE

LES FESSEES VONT PAR PAIRES COMME LES CHAUSSURES.

Régine Duplessy eut connaissance des circonstances de cet achat de chaussures au salon de coiffure de Béatrice Klakerspank. ( voir saison 2 chapitre 6). Les hommes discutent au bistrot, les élégantes,  plus sophistiquées, dans les salons de thé ou de coiffure. Celui de Béatrice était le lieu où ces Dames joignaient l'utile à l'agréable et profitaient de leurs rendez-vous pour échanger sur leur sujet de conversation favori, ou comment bien dresser son mari pour le rendre obéissant en toutes circonstances.

lundi 1 juin 2020

Les rebelles -chapitre 34

En ce Lundi matin de rentrée scolaire, Fabienne D., furieuse, nous convoque toutes les six dans son bureau, Coralie, Kirsten, Naia, Samantha, Yang et moi. Elle nous dit que nous étions allées dans une Academy anglaise réputée pour progresser et nous n’avons rien trouvé de mieux à faire que de ternir la réputation des françaises et de Ste CROIX. Nous pouvons nous attendre à être surveillées de près et le moindre écart de conduite nous vaudra une sévère punition.

dimanche 31 mai 2020

Mémoires d'un garnement de jadis - 120ème tableau

La fessée au gingembre inaugurée par Mam'e Delaniaires fut l'attraction du moment. Et Maman faisait partie de ses détractrices. Tout comme Mam'e Organdi, son amie et couturière attitrée. Et tout ce petit monde gloussait d'amusement...

samedi 30 mai 2020

Fini la liberté - chapitre 3

Jérôme se réveille. Mais quel heure peut-il être ? Il fait complètement noir dans la chambre. Pourquoi ne lui laisse-t-elle pas un radio-réveil ! C'est pénible ! En plus il a une envie pressante. Bon, où sont les WC déjà.... Ah ben non ! Il ne peut pas ... il n'a pas le droit. S' il se fait prendre il va encore morfler. Oh et puis à quoi bon ! Il ne va quand même pas faire au lit... Il se dirige vers la porte bien décidé à braver l'interdit mais il se ravise et se recouche. L'attente n'est pas très longue.
Madame Lepand fait son apparition une dizaine de minutes plus tard. Elle ouvre les volets et la fenêtre en grand puis découvre totalement son pupille.

vendredi 29 mai 2020

L'institut de Madame Rose - chapitre 15

Caroline était une jeune femme d'une vingtaine d'années que Sylvie avait rencontré d'abord virtuellement par l'intermédiaire d'un forum où l'on discutait fessée. Au cours de ces discussions, elle lui avait avoué avoir depuis de nombreuses années un intérêt pour la fessée mais que son expérience était limitée à de rapides fessées administrée par sa mère, véritable punition cependant puisque donnée cul nu malgré son âge. Son fantasme était d'assister à une véritable fessée administrée à une adulte. Au bout d'un certain temps, Sylvie lui proposa de la rencontrer, elle avait une idée pour elle.

jeudi 28 mai 2020

Le journal d'Olga - chapitre 18

Victoire ! Ça y est ! J’ai enfin trouvé un stage en entreprise. Non sans mal, mais ça y est ! Chez Webstore, une société d’informatique spécialisée dans la mise à jour et le maintien de logiciels destinés aux établissements bancaires. Dans la foulée, ils ont aussi pris Elena. Mais pas Iourievna qui fait bien un peu la gueule, mais bon, pour être tout à fait franche, moi, ça m’arrange bien. Parce que c’est toute la journée qu’on est ensemble, elle et moi, en temps ordinaire. À Sainte-Croix. À la maison. Dans la chambre. Dans la salle de bains. Partout. Alors on a beau être jumelles, prendre un peu de champ, de temps en temps, l’une par rapport à l’autre, ça peut pas faire de mal. Au contraire. Ça permet de souffler. Non et puis il y a aussi autre chose.

mercredi 27 mai 2020

La loi est limpide sur ce point

Eh bien, mon garçon, c'est juste une nouvelle façon de faire rire vos camarades de classe. Vous qui aviez pris ce rôle et qui vous y teniez sans manquer une seule occasion. Je ne sais pas si je réussis parfaitement mon effet. Je ne vois ni n'en entends aucun qui s'esclaffe depuis que je vous ai placé ainsi. C'est même un silence absolu que je n'arrive pas toujours à obtenir pendant les cours.

mardi 26 mai 2020

Ces dames aux mains fermes - saison 3 - chapitre 34

LES BIENFAITS D'UNE STRICTE DISCIPLINE DOMESTIQUE

LA FESSEE AU GINGEMBRE.

Bien qu’elle soit tout de même en pleurs après la cuisante fessée administrée par sa tante, Géraldine s’empressa d’obéir en s’agenouillant, genoux écartés sur la chaise à fessées placée au milieu du magasin. L'heure n'était plus aux provocations, ni aux petites répliques ironiques, mais à défaut d'une réelle soumission, à l'acceptation de sa punition.
Elle s'efforça de présenter au mieux son postérieur déjà totalement enflammé et d’une flamboyante couleur écarlate répartie sur toute sa surface. Les traces rouges, visibles, de la fessée débordaient largement sur le haut de ses cuisses non couvertes par ses bas nylon, que les jarretelles tiraient pourtant au maximum. Satisfaite de ce que qu'elle estimait, malgré sa sévérité, une simple séance d'échauffement préparatoire, Astrid revint, toute joyeuse, avec le tube de Dolpic, qu’elle avait ouvert, et une racine de gingembre non épluchée. Elle appela son mari pour lui demander d'apporter un couteau et ordonna à sa nièce :

lundi 25 mai 2020

Les rebelles -chapitre 33 acte 2

Malgré notre discipline zélée de la semaine, le Jeudi soir, la veille de notre retour en France, alors que nous sommes toujours nues, Joana D. nous ordonne de nous rassembler dans la cour pour la fin de notre punition. Notre corps ayant retrouvé sa couleur d’origine, l’infirmière annonce que la flagellation peut être appliquée. Elle nous prend la tension et le pouls et constate que le rythme cardiaque est plus fort que de normal, mais elle estime que l’angoisse en est la raison et confirme l’autorisation de la punition. Le dernier espoir pour une grâce vient de s’envoler !

dimanche 24 mai 2020

Mémoires d'un garnement de jadis - 119ème tableau

Une nouvelle préceptrice  fut recrutée au Pensionnat Ste-Geneviève pour suppléer aux religieuses.
Moiselle Bellklack était une redoutable enseignante pour laquelle l'hygiène morale comptait tout autant que l'hygiène vestimentaire. Une fois par semaine, elle désignait l'un de nous pour une inspection... Mazette !

samedi 23 mai 2020

Fini la liberté - chapitre 2

Madame Lepand se lève alors et se saisit de la règle plate en bois. Elle la tapote contre sa main.
- Mon garçon, nous avons encore un compte à régler maintenant dit-elle en allant s'assoir sur la chaise en bois placée devant une table et qui servira de bureau à Jérôme.
- Approche, viens ici !

vendredi 22 mai 2020

L'institut de Madame Rose - chapitre 14

Elodie désormais gérait l'agenda de sa mère, elle s'aperçut que celle-ci avait rendez-vous chez sa gynécologue le lendemain.
- tu es au courant que tu as rdv demain avec le Dr Durupt
- oui, oui c'est à 10h, pas de problème
- c'est bien, je suis libre, je t'accompagnerai.
Monique marqua un moment d'hésitation.
- ce n'est pas la peine, tu sais je peux très bien y aller toute seule.
Elodie la regarda avec cet air sévère dont elle avait le secret depuis qu'elle s'occupait de Monique et qui en général n'annonçait rien de bon pour ses fesses.

jeudi 21 mai 2020

Le journal d'Olga - chapitre 17


L’été jouait les prolongations. Et l’envie nous est venue, ce samedi-là, d’aller faire à nouveau un saut toutes les six, Lyana, Moana, Elena, Ekaterina, Iourievna et moi, à la plage naturiste de l’Argens.
Le temps de s’installer. D’étaler les nattes de plage. De s’enduire mutuellement de crème solaire et Moana a constaté.
« Ils sont pas là.
 Qui ça ?
 Ben, les jeunes de l’autre fois, tiens ! Ceux qu’avaient mis la pagaille.

mercredi 20 mai 2020

Afin que les choses soient claires

Je t'assure, mon garçon, que cela va te faire beaucoup de bien. Tu peux me faire confiance, j'ai une longue expérience en la matière. Tu n'es pas le premier jeune homme qui loue une chambre chez moi, à qui je doive appliquer ce genre de traitement.
A chaque fois, cela a été salutaire et nos cohabitations se sont déroulées au mieux. Il s'agit juste de te faire comprendre qu'avoir un premier emploi et être indépendant, financièrement s'entend, ne signifie pas qu'il n'y ait pas des règles à respecter.

mardi 19 mai 2020

Ces dames aux mains fermes - saison 3 - chapitre 33

LES BIENFAITS D'UNE STRICTE DISCIPLINE DOMESTIQUE

GERALDINE EXPERIMENTE DE NOUVELLES SENSATIONS


Bon, c’était prévisible. Rodolphe, rendu docile après la magistrale déculottée administrée par sa mère, et ne voulant pas risquer une fessée supplémentaire, se laisse sagement frictionner les fesses au Dolpic. Cette friction lui met le postérieur en feu pour la soirée. Il danse d'un pied sur l'autre pendant que Clarisse lui malaxe le derrière à pleine main.  sans ménagement
– « Aaaah ça cuit, maman ! Ça cuit ! Ne frotte pas si fort s'il te plaît... !!
– Evidemment que ça cuit... C'est fait pour ça mon chéri... »

lundi 18 mai 2020

Les rebelles -chapitre 33 acte 1

Depuis ma fessée aux orties de la part de Lady Eloyce H., je ne me confronte plus à elle, ni même à ses amies, qui n’hésitent pas à nous rabaisser dès qu’elles le peuvent, se sachant intouchables à contrario de nous. On ne compte plus les mains aux fesses, ni les réflexions désobligeantes ou injures. Nous nous contentons de baisser les yeux sans répliquer.

dimanche 17 mai 2020

Mémoires d'un garnement de jadis - 118ème tableau

Maman multipliait les séances  comportementales chez Moiselle Tarmack, collègue et amie de Moiselle Grossmiche dans l'espoir d'une amélioration de ma situation. Mais ce n'était pas gagné... Loin de là !

samedi 16 mai 2020

Fini la liberté - chapitre 1


Jonas, un nouvel auteur publiant dans ce blog et j'espère pour longtemps. C'est le premier chapitre. Il y en a quatre d'écrits. N'hésitez pas à faire savoir à Jonas, dans vos commentaires, si vous souhaitez lire le cinquième, puis le sixième... JLG

Lorsque l'on sonne à la porte, Jérôme, passe timidement sa tête à travers la porte après l'insistance de la personne derrière la porte. C'est sa propriétaire Madame Lepand qui lui rend une visite surprise.
- Bonjour jeune homme comment allez-vous ? Puis je entrer, s'il vous plait ?
- C'est que ... Je ... je... je viens de me lever bredouille Jérôme.

vendredi 15 mai 2020

L'institut de Madame Rose - chapitre 13

Sylvie était dans son jardin quand elle perçut un bruit qui lui était familier, un son qu'elle aurait reconnu entre mille, celui d'une main qui claque sur un derrière déculotté. Cela venait de chez sa voisine et amie Isabelle, ce n'était pas surprenant.
Sylvie connaissait depuis longtemps son goût pour la fessée, c'est d'ailleurs ce qui les avait rapprochées, elle fessait régulièrement son mari Gérard et Isabelle, célibataire endurcie, claquait aussi bien les fesses de ses amants que celles de ses amies où même subordonnées. Elle était cadre infirmière dans un centre de rééducation et elle profitait de son statut pour plier à ses volontés les jeunes infirmières ou les aides-soignantes, plus d'une était ressortie de son bureau après son entretien annuel avec les yeux rougis et une paire de fesses brûlantes sous la blouse.

jeudi 14 mai 2020

Le journal d'Olga - chapitre 16

C’est toujours un moment très particulier, la rentrée de septembre. D’abord, parce qu’il y a des nouveaux. Qui sont dans leurs petits souliers. Si, en effet, on les a inscrits à Sainte-Croix, c’est qu’ils avaient besoin d’être repris en mains. C’est que leurs parents n’arrivaient plus à en venir à bout. Ou que leurs résultats scolaires étaient calamiteux. Alors ils ont la boule au ventre. Ils savent à quoi ils s’exposent, s’ils dérapent. Ils en ont suffisamment entendu parler : au moindre faux pas, à la moindre incartade, ils auront droit à une correction en règle. Et, dans la grande majorité des cas, tout nus. Devant tout le monde. Profs, élèves, personnel administratif et personnel de service réunis pour la circonstance. Vraiment pas de quoi pavoiser.

mercredi 13 mai 2020

Ces dames aux mains fermes - saison 3 - chapitre 32

LES BIENFAITS D'UNE STRICTE DISCIPLINE DOMESTIQUE

CUISANT RETOUR A LA MAISON POUR RODOLPHE .

 Cette intervention inattendue et explosive sidère tout le monde, et Robin en particulier. Il était loin de s'attendre à ce que Walter soit son sauveur et se demandait quelle pouvait bien être la raison de son intervention éruptive. Certainement pas un geste de clémence à son égard, les fessées chez eux claquaient à tour de bras sur les fesses de l'une comme sur celles de l'autre... En fait, il s’en fichait pas mal. Le mari si calme et posé d'habitude, devait être agacé de ne pas pouvoir cuver tranquillement son genièvre, et de voir sa femme “s’amuser”, comme il disait, sans se soucier de lui.

mardi 12 mai 2020

Benoit chez Tatie - chapitre 9

Et toujours les mêmes humiliations. Pour Bertrand en blouse et culotte courte en classe de seconde et surtout sans espoir de changement prochain. Jusqu’à l’an dernier il pouvait espérer que quand il aurait quinze ans, ou seize ans, ou dix-sept ans, sa situation évoluerait et que sa mère reconnaisse enfin qu’il n’était plus un enfant.
Mais, avec Benoit à la maison soumis aux mêmes contraintes à plus de dix-neuf ans, culotte courte, fessée, coucher à 20h, incapable ou plutôt interdit de se laver ou s’habiller seul, aucun espoir que pour lui Bertrand cela soit différent. Devra-t-il aussi porter des culottes courtes et recevoir la fessée à vingt ans ? 

lundi 11 mai 2020

Les rebelles -chapitre 32

Lors de notre rentrée à Ste CROIX, les retrouvailles sont heureuses entre copains copines où notre récent confinement et les punitions qui en ont découlées, sont les principaux sujets de conversation.
Notre proviseure, Fabienne D. nous réunit et nous informe qu’il n’y aura pas d’examen cette année et que notre diplôme de BTS nous sera attribué sur dossier en fonction des résultats obtenus tout au long de l’année.

dimanche 10 mai 2020

Mémoires d'un garnement de jadis - 117ème tableau

Mes facéties continuaient. Et les fessées aussi ! "Les Trois Grâces" se réunirent en triumvirat  pour statuer sur notre avenir scolaire. Sans appel et le verdict fut cuisant. Pensez donc ! L'occasion était trop belle. "Alea jacta est" comme dirait l'autre.

samedi 9 mai 2020

Madame Caroni - chapitre 45

« Es-tu sûre ? Il y a peut-être une raison qui m’a échappée ?
– Oh non Madame, je vous l’assure, j’ai été sage. J’ai obéi »
Il y avait de la crainte dans la voix de Maïlis. Madame Farette ne voulait pas continuer à faire inutilement pression. Il ne fallait pas que la jeune femme ait peur de recevoir la fessée quand il n’y avait pas de raison.
« Ne crains rien. Tant qu’il n’y a pas de motif évident, tu ne risques pas de recevoir une fessée. Non, si je t’ai faite attendre, c’est pour la lettre.

vendredi 8 mai 2020

L'institut de Madame Rose - chapitre 12

Elodie était rentrée à la maison sans culotte, c'était une sensation un peu bizarre de sentir l'air frais s'engouffrer sous sa jupe, ses fesses encore chaudes de la fessée de Sophie appréciaient cette caresse. Monique marchait à côté d'elle tenant son paquet cadeau, un martinet numéro 2 qui allait trouver sa place accroché dans la cuisine.
- j'ai contrôlé ton agenda, demain matin, tu n'as pas de rendez-vous, nous irons voir mademoiselle Hélène pour ton épilation.
Monique essaya de protester
- euh, tu es sûre que c'est nécessaire...

jeudi 7 mai 2020

Le journal d'Olga - chapitre 15

Le naturisme ? On n’était pas franchement motivées, Elena, Iourievna et moi.
« Parce que se faire reluquer pendant des heures par de vieux pervers…
Ekaterina éclatait de rire.
‒ Mais c’est pas ça du tout !
Ce que confirmait sa copine Lyana.
‒ Personne s’occupe de toi.
Et sa sœur Moana enfonçait le clou.
‒ Essayez ! Au moins une fois ! Faites-vous votre opinion par vous-mêmes. » 

mercredi 6 mai 2020

Benoit chez Tatie - chapitre 8

Le reste des vacances à la mer se passa sans surprise. Toujours la même routine, les mêmes rituels humiliants.
Coucher à 20h30, sauf quand il y avait sieste et alors c’était l’autorisation de veiller jusqu’à 21 h, et les jours de plage où par contre le coucher était avancé à 20h sous le prétexte que les jeux sur la plage fatiguent les enfants.
On avait fêté fin juin les 15 ans de Bertrand; on fêta en juillet les 13 ans de Michel. On célébrera bientôt, en août, les 19 ans de Benoit.

mardi 5 mai 2020

Ces dames aux mains fermes - saison 3 - chapitre 31

LES BIENFAITS D'UNE STRICTE DISCIPLINE DOMESTIQUE

LA REVANCHE DE BETTINA.

Claquant des talons et tortillant joyeusement du derrière, Clarisse se dirigea vers la grille du jardin en faisant un petit signe de la main en direction de son fils .
– « A tout à l'heure mon chéri... Avec, j'espère, une paire de fesses bien rouges dans ton slip pour la fessée qui t'attend quand tu vas rentrer ! ».
Elle marqua un temps d'arrêt avant de partir et lança un clin d'œil d'encouragement à la maîtresse des lieux.

lundi 4 mai 2020

Rééducation d'une jeune fille au pair

Sachez, Mademoiselle, que j'en ai assez de vos insolences. Quand Madame votre mère vous a confiée à moi durant votre apprentissage, je vous avais prévenue que je serai très exigeante quant à votre comportement.
Je crois pourtant que votre éducation vous avais appris la déférence que vous devez à vos aînés mais, sans doute, avez-vous décidé que vos vingt-trois ans passés vous donnaient le droit d'oublier les bonnes manières qu'on vous avait inculquées. Avec moi, vous allez les réapprendre sans délai.