lundi 28 janvier 2019

Venez avec moi, mon garçon

Il me semble que quand je vous parle raisonnablement, comme à un adulte responsable, j'ai du mal à me faire comprendre. N'avez-vous pas, vous aussi, cette impression ? Vous semblez croire que vous n'avez pas à faire les efforts que je vous demande, comme le font tous vos collègues.
N'oubliez pas que votre période d'essai n'est pas encore terminée. Je pourrais mettre fin à votre contrat sans avoir à vous donner d'explication, mais je préfère recourir à une autre méthode qui a fait ses preuves. Venez avec moi, mon garçon !

Mais je suis parfaitement consciente que nous traversons le bureau alors que vous avez la culotte baissée. C'est moi qui vient de vous déculotter. Je m'en souviens. Avez-vous cru que je plaisantais lorsque la semaine dernière je vous ai expliqué que la prochaine fois que je vous prendrai à faire autre chose que travailler, je vous donnerai une fessée ? Avez-vous pensé que c'était une menace en l'air ? Avez-vous maintenant compris que j'étais on ne peut plus sérieuse ?
Je n'avais pas abordé les détails, mais vous n'avez tout de même pas pensé que je me contenterai de quelques claques sur le fond du pantalon ? Vous demanderez à vos collègues, cela m'est déjà arrivé trois au quatre fois de fesser l'un des jeunes gens de ce bureau qui ne comprenait pas les exigences de notre entreprise. A chaque fois, que ce soit une fille ou un garçon, je baisse la culotte. Je peux vous assurer qu'ainsi on se souvient beaucoup mieux de la punition et on évite de recommencer l'écart qui l'a motivée.
Evidemment, vous ne deviez pas vous attendre à ce que chaque personne de ce bureau puise contempler vos fesses et votre sexe, ballotté entre vos cuisses. Il faudra vous y habituer. J'ai le sentiment que cette fessées ne suffira pas pour que vous deveniez un employé modèle. Il y a de fortes chances pour que vous deviez exhiber votre intimité à vos collègues plus d'une fois.

Où je vous emmène ? Là où chacun des employés de ce bureau pourra assister à votre fessée. Devant mon bureau il y a plus de place et là, chacun aura une vue imprenable sur vos fesses pendant que je les rougirai.
Ils auront ensuite tout le loisir de les contempler quand vous serez au coin. Puisque vous ne semblez pas savoir quoi faire pour occuper votre temps, vous allez le passer au coin, toute l'après-midi. Vous n'en sortirez que quand je vous y autoriserai et ce ne sera pas avant que je parte ce soir.
Vous allez avoir tout le temps nécessaire pour réfléchir aux changements que vous allez mettre en place dès demain !

Marcher, la culotte baissée, vers le lieu de sa fessée

Je vous promets que je vous fesserai jusqu'à ce que votre comportement nous convienne à tous et surtout à toutes. Je crois que vous allez renoncer au plus vite à vos petits airs supérieurs de jeune coq qui a fait plus d'études que tous les autres.
La prochaine fois que vous serez méprisant envers l'une de tes collègues, je l'autorise, non, que dis-je, je lui ordonne de vous déculotter et de vous fesser. Quand vous serez passé à plat ventre, la culotte baissée, sur les genoux de toutes les personnes que vous dédaignez dans cette entreprise, j'espère que vous aurez compris que vous devez changer d'attitude. Et s'il faut recommencer plusieurs fois, nous le ferons !

Entendez-vous, Mesdames et Mesdemoiselles ? Il fait désormais partie de vos fonctions à toutes, quelle que soit votre responsabilité dans l'entreprise, de baisser la culotte de ce jeune homme et de le fesser au moindre écart, aussi souvent que nécessaire.
Plus question de laisser passer le plus petit temps de distraction, la moindre erreur dans le travail ou tout comportement inconvenant. Une fessée déculottée et un bon moment au coin.
Ne vous inquiétez pas, il rattrapera le temps perdu. Il sera mis en retenue le soir pour faire le travail qu'il n'aura pas eu le temps d'effectuer en journée à cause de sa paresse ou du temps qu'il a fallu utiliser pour le corriger.

Comme j'ai bien peur que ma main ne soit pas suffisante pour vous montrer ce que cela fait d'avoir les fesses brûlantes, je vais finir avec ma règle. Je suis certaine que vous allez regretter d'avoir gâché du temps pour répondre à vos courriels personnels.

Allons, avancez, plus vite que ça ! Si c'est la première fois que vous marchez le pantalon et la culotte baissés, ce ne sera pas la dernière !


Grand merci à Barbara O'Toole à qui j'ai emprunté le dessin !

C'est une valeur sûre pour ce qui est des dames qui prennent la discipline de ces messieurs en charge.

Recevoir la fessée au travail, c'est difficile et pourtant, ça marche

           déculotté au bureau                                        Fessée en cours fesses rougies

Laisser un commentaire, un témoignage ? C'est ci-dessous !

Cela vous est déjà arrivé ? D'un côté comme de l'autre ? N'hésitez pas à  faire un usage immodéré du commentaire. Il ne s'use que si l'on ne s'en sert pas.

7 commentaires:

  1. Bonjour,
    Superbe dessin, très expressif et parfaitement adapté au texte.
    Il est assez rare de présenter monsieur de face en préparation de sa fessée...Tout aussi rare le soupçon de pilosité aujourd'hui banni du corps humain pour cause de paranoïa hygiénique! Le poil, c'est sale!!! Bon... je m'égare, c'est un autre débat.
    Les images montrent le plus souvent les personnes à corriger de dos, le postérieur étant le destinataire privilégié des corrections. Mais bon, cette dessinatrice de talent nous montre une autre version de l'avant fessée. Original.
    Ramina.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ramina,
      Dans le cas précis, c'est plutôt le texte qui s'est adapté au dessin.
      J'avais oublié ce dessin que j'avais stocké sur une clé USB. Quand je suis tombé dessus (sans me faire mal) ce week-end, j'ai tout de suite pensé qu'il y avait là de quoi faire un article.
      La situation présentée est originale et elle ne jette aucun voile sur l'exhibition des organes génitaux, alors que c'est souvent le cas lors d'une fessée qui se respecte. Le mouvement est très bien suggéré, le désespoir visible dans le regard du jeune homme. Beau travail Barb !
      Au plaisir de vous lire,
      JLG.

      Supprimer
    2. Bonsoir Messieurs,

      "Un dessin vaut mille mots" (adage oriental).
      Missize O'Toole nous épate encore une fois avec sa gynarchie au travail. C'est en effet une version peu fréquente d'une pré-fessée. Perso, je ne voudrais pas être à sa place à cet instant-là.
      Ca me rappelle mes stages en médiathèque : cinq personnes composaient mon équipe : quatre femmes et j'étais le seul homme...
      Tiens ça fait pile trente ans. "O temps suspend ton vol..."
      Bonne soirée. Peter.

      Supprimer
    3. Je me disais aussi : pas de message de Peter Pan sur un dessin aussi superbe ? Que se passe-t-il ? Ce n'était que partie remise.
      Qui voudrait être à la place de ce jeune homme ? Encore que... ça se réfléchit.
      Au plaisir de vous lire,
      JLG.

      Supprimer
    4. Bonsoir JLG,

      En effet, il serait difficile pour des passionnés de la fessée de ne pas commenter élogieusement (je flatte. rires) une telle œuvre. Je me devais d'apporter ma modeste pierre à l'édifice. Of course !
      (PS : j'ai retrouvé des dessins coloriés de Eric Stanton cet automne. Il me reste à mettre sa bio personnelle en ordre.
      Ces dessins formaient un éphéméride que j'avais acquis au début des années 2000 chez : laboutiquedezaza.fr. ).
      Bonne soirée. Peter.

      Supprimer
    5. Peter Pan,
      Est-ce que cela annonce une publication d'une rétrospective Eric Stanton sur le blog ?
      Au plaisir de vous lire,
      JLG?

      Supprimer
  2. bonjours j'aime bien cette histoire moi j'aimerais que sa m'arrive care moi je n'ai pas connu se genre de femme j'ai 58 ans mais comme je travaillais j'ai rencontré des femmes très autoritaires je me suis fait engueulez devant les employer mais jamais elle m'a fessée si c'était le qu'à même si j'ai honte je ne serais jamais parti parce que je suis pour à 100% de la fessée merci.

    RépondreSupprimer

Un commentaire, une réaction, une proposition ? C'est ici